PARIS | Matignon

9 septembre > 15 octobre 2022

Didier VIODÉ Fragments

Présentation

Du 9 septembre au 15 octobre 2022, la galerie Huberty & Breyne, avenue Matignon, est heureuse de présenter le travail de Didier Viodé.

Après des expositions en France, en Espagne, à New York et à la Biennale de Dakar, c’est à Paris que l’artiste a décidé de dévoiler trois nouvelles séries de peintures jamais montrées.

Il maîtrise la photographie, la vidéo et le dessin, mais aussi la peinture et la bande dessinée, ces pratiques étant liées, selon l’artiste, par le cadrage et le message qu’il souhaite délivrer.

Fin regardeur de notre société, il observe le monde et les êtres humains qui le composent. Il s’intéresse à la condition sociale de chacun, à la place de l’Homme et à l’espace qu’il occupe. À la manière d’un photographe qui zoome et dézoome sur l’objet de son attention, Viodé capture des bouts d’instants, de gestes, de regards.

Il se nourrit du quotidien, puise des images dans les réseaux sociaux (Instagram en particulier), les médias et la rue, se les réapproprie.

Dans la série « Fragments », il réinterroge, avec sa contemporanéité, les thèmes classiques du portrait et de l’autoportrait. Dans « Run », il saisit l’euphorie et la frénésie ambiante de notre société à travers l’imagerie du sport. Tout doit aller plus vite. Chacun est pressé. Il faut courir. Contre le temps. Multiplier les followers, partager la plus belle photo, afficher un corps parfait. À travers ces œuvres sur papier, la question du mouvement est centrale, comme dans les séries « Danseurs du crépuscule », en 2018 et les « Vaillants » ou « l’Envol », en 2017. Comment se meuvent les hommes dans leur ordinaire et comment se dégagent leurs émotions ?

Une troisième série, sur toile, propose de grands paysages – fragments de paysages – inspirés du dernier voyage de l’artiste au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Il invente un bleu : un bleu pâle, poussiéreux – comme le ciel de Dakar – un bleu brouillard, nostalgique. Ces œuvres contemplatives sont le penchant de l’agitation des précédentes.

Comme pour la série « Autoportrait d'un confiné » (commencée en 2020), ces nouvelles œuvres sont une introspection, une invitation à faire une pause et à regarder le monde et les personnes qui nous entourent.

Enfin, en regard de ces peintures, une sélection de pages au lavis de son album Étranger sans RDV, auto-édité en 2012, est présentée. Dans cet album, le premier d’une trilogie à venir, il raconte l’histoire d’un jeune africain arrivé en France. L’immigration, la politique et les relations Nord/Sud sont des thèmes récurrents dans son œuvre.

 

Vernissage : Jeudi 8 septembre 2022 de 18h à 21h, en présence de l'artiste.