Présentation

La formule peut paraître convenue, mais Miles Hyman est définitivement le plus français des dessinateurs américains. Né à Bennington, dans le Vermont, en 1962, il étudie la peinture et la gravure dans son pays natal, avant de traverser une première fois l'Atlantique et de poser ses pinceaux à l'Ecole des Beaux Arts de Paris, en 1985. Après avoir passé dix ans en France, il retourne aux Etats-Unis, cette fois sur la côte ouest. Pour finalement faire le chemin en sens inverse quelques années plus tard, et reprendre ses quartiers dans le pays de Tardi et de Loustal.
Dessinateur méticuleux au style hyper-réaliste quasi photographique, Miles Hyman commence sa carrière comme illustrateur pour le magazine Lire. Plus tard, il collabore avec d'autres titres de presse prestigieux, notamment Le Monde, Télérama, ou The New York Times. Il réalise également de nombreuses couvertures pour les éditions Actes Sud, Denoël ou encore Gallimard. Dès la fin des années 80, Miles Hyman fait une première incursion dans le monde de la Bande Dessinée lorsque Futuropolis publie Chroniques ferroviaires, sur des textes de Marc Villard. Il récidive en 1993 avec ABC. Il faudra ensuite attendre quinze ans avant que l'artiste américain ne se frotte à nouveau au monde des bulles. Il adapte alors le polar Nuit de fureur, de Jim Thompson, aux côtés du scénariste Matz. Il a depuis publié d'autres bandes dessinées, dont Le Dahlia noir et La Loterie.
Exposé dans le monde entier, célébré pour ses couleurs et ce coup de patte qui fait furieusement penser aux impressionnistes, Miles Hyman est aujourd'hui plus que jamais à la croisée des arts, cultivant son style et sa personnalité.

Biographie

Né en 1962 à Bennington (USA). Vit et travaille en région parisienne (FR).

La formule peut paraître convenue, mais Miles Hyman est définitivement le plus français des dessinateurs américains.

Dès son plus jeune âge, Miles Hyman est entouré d’images. Un père photographe, une mère cinéphile, un imaginaire riche et étrange transmit par sa grand-mère, la romancière Shirley Jackson l’écrivaine Shirley Jackson aux abstractions de Larry Poons et Kenneth Noland, des amis de la famille, en passant par les comics américains. C’est donc tout naturellement qu’il se met au dessin, exposant pour la première fois à l’âge de douze ans.

Il étudie la peinture et la gravure dans son pays natal avant de traverser l’Atlantique et de poser ses pinceaux à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, en 1985. C’est à cette même période qu’il s’installe en France.

Il sait désormais ce qu’il cherche. Ses préoccupations artistiques ne sont plus seulement picturales. Le rapport au texte devient essentiel dans sa création. Sa rencontre avec l’éditeur Étienne Robial est décisive : ses premiers albums de Bande Dessinée paraissent chez Futuropolis dès 1987. Il y publie, notamment, Chroniques ferroviaires, sur des textes de Marc Villard, adapte des romans de Dos Passos, Conrad et Djian pour la collection Gallimard/Furutopolis. Il récidive en 1993 avec ABC. Il faudra ensuite attendre quinze ans avant que l’artiste ne se frotte à nouveau au monde des bulles. Il adapte alors le polar Nuit de fureur, de Jim Thompson, aux côtés du scénariste Matz. Il a depuis publié d’autres bandes dessinées, dont Le Dahlia noir (Casterman, 2013) et La Loterie (Casterman, 2016), une adaptation de la nouvelle de sa grand-mère romancière. L’année suivante, il co-signe avec Jean-Luc Fromental le thriller d’espionnage Le coup de Prague, chez Dupuis.

Peintre dessinateur méticuleux au style précis, riche en allusions et affinités – des réalistes américains du XXème siècle aux films noirs - Miles Hyman commence sa carrière comme illustrateur pour le magazine Lire. Plus tard, il collabore avec d’autres titres de presse prestigieux, notamment Le Monde, Télérama, Libération, GQ, Lire, L’Obs, XXI, The New Yorker ou encore The New York Times. Il réalise également de nombreuses couvertures pour les éditions Actes Sud, Denoël ou encore Gallimard ainsi que l’ensemble des couvertures de la collection Le Poulpe chez Baleine. Son recueil d’images de Rome paraît dans la prestigieuse collection des Travel Book de Louis Vuitton.

En parallèle de ses travaux d’illustrations, c’est dans la peinture que l’artiste se dévoile le plus. Ses images remportent des prix d’excellence de Creative Quarterly et Communication Arts. Le Ministère de la Culture et de la Communication lui accorde le titre de Chevalier des Arts et des Lettres en 2017.

Miles Hyman a exposé dans des musées internationalement reconnus tel que le Palais de Tokyo, le musée Tomi Ungerer ou le musée de l’Illustration de Moulins, mais aussi dans le centre d’art contemporain la Chapelle des Ursulines de la ville de Quimperlé ou encore à l’Institut Central des arts graphique à Rome.

Ses œuvres ont rejoint les collections du musée de l’Illustration, de la ville de Quimperlé, du Fond Glénat pour le patrimoine et la création et du Fond Hélène et édouard Leclerc pour la culture. 

On sait les qualités techniques hors pair de cet artiste qui passe avec beaucoup d’aisance du fusain, au pastel, de la peinture au numérique. Exposé dans le monde entier, célébré pour ses couleurs et ce coup de patte qui fait furieusement penser aux impressionnistes, Miles Hyman est aujourd’hui plus que jamais à la croisée des arts.